En tarifs jaune et vert, EDF facture l’énergie réactive consommée (environ 1,77 c€/kVarh).
En plus de l’aspect financier, l’énergie réactive consommée circule par les câbles électrique et génère un échauffement des dits câbles.
Il est possible de faire en sorte que EDF ne "voit" pas l’énergie réactive consommée par le client en venant placer des batteries de condensateurs au droit des charges inductives (moteurs, transformateurs, mais aussi certains onduleurs).
Les condensateurs ont alors pour rôle de fournir aux charges inductives l’énergie réactive dont elles ont besoin pour fonctionner, se substituant ainsi à EDF pour la fourniture du réactif.

Bien qu’en apparence simple, le relèvement du facteur de déplacement présente en fait de nombreux pièges, notamment en cas de présence d’harmoniques sur la distribution électrique.
En effet, l’ajout des condensateurs a pour effet de créer une boucle de type RLC (R = résistance de source du transformateur d’alimentation et des câbles ; L = inductance de source du transformateur d’alimentation ; C = condensateurs), sont la particularité est de présenter une résonance à une fréquence particulière.
La résonance se traduit par une forte augmentation de l’impédance globale de la boucle RLC et dont d’une forte augmentation de la tension harmonique à la fréquence de résonance.
La qualité de l’énergie s’en trouve alors impactée sur l’ensemble du site et divers dysfonctionnements peuvent alors apparaitre :

  • fonctionnement erratique des équipements électriques ;
  • casse de matériels ;
  • perte de communication entre les équipements (notamment automates)

Il convient donc d’être particulièrement vigilant lors de la mise en place de batteries de condensateurs et de procéder à des mesures avant.

EduWatt se propose de réaliser ce type de mesure et de travailler en collaboration avec l’installateur des batteries de condensateurs afin de garantir l’absence de résonance.

Télécharger un exemple de rapport d’expertise traitant d’un phénomène de résonance